Le Quartier chinois virtuel de Québec
Portraits des bâtisseurs
 

Dans l'esprit de Norman Bethune

Deux chirurgiens, Jean Couture et Liu Guojin, s'allient pour combattre le cancer devenu épidémique dans le nord-est de la Chine - Une Chine qui s'est ouverte aux habitudes dont nous voulons nous débarrasser, comme l'emploi de certains pesticides tel le DDT et l'usage du tabac. Ils créent ensemble un programme de soins multidisciplinaires au First Teaching Hospital à Changchun, ville de plus de 6 millions d'habitants.

Dans les autres pavillons du même hôpital, les soins sont dispensés selon la médecine traditionnelle chinoise, qui vise à rétablir l'équilibre du corps et de l'esprit. Si cette médecine, dont s'inspirent nos médecines alternatives, manque d'efficience contre certaines maladies, ne pourrait-on lui trouver sa juste place dans la chronologie de nos moyens de prévenir, de soulager et de guérir?

Question d'autant plus actuelle, puisqu'elle touche la réforme de nos systèmes de santé et qu'elle évoque l'idée que l'argent n'est pas la seule solution.


Réalisateur Edgar Soldevilla, Canada, 2002, 52 minutes, Vidéo 

Edgar Soldevilla est né au Pérou. Après ses études en cinéma et en télévision à l'Université de Lima, il exerce son métier dans plusieurs pays de l’Amérique latine et au Canada. Dès les années 80, il sera entre autres réalisateur et producteur exécutif de divers documentaires au Panama. Au cours des années 90, il scénarise et réalise plusieurs films dont Le matin des alpaqueros au Pérou (1995). Il scénarise également le documentaire Une brève histoire de la coopération internationale canadienne (1997). Son film précédent, Doigts de fée (1999), traite du travail des enfants au Pakistan. En 2002, il signe la réalisation et la scénarisation du film Dans l’esprit de Norman Bethune, documentaire qui pose une réflexion sur la complémentarité entre la médecine traditionnelle et la médecine moderne en Chine. Actuellement, cet artisan de l'image développe divers projets de documentaires dont Les oiseaux aux plumes de cristal, qui fait le point sur la création de la ZLEA (zone de libre échange des Amérique) en 2005 et, Nuremberg
tropical, une oeuvre qui traite du rôle de la justice au Rwanda.

Source : Maryse Dumont, CINÉMA LIBRE


Équipe technique :
Recherche, scénarisation, réalisation : EDGAR SOLDEVILLA
Avec la participation : Dr JEAN COUTURE et Dr LIU GUOJIN
Images : ALBERTO FEIO
Montage : PATRICIA TASSINARI
Montage en ligne : MICHEL GIROUX
Direction des enregistrements : DAGMAR TEUFEL
Prise de son : LOUIS DESPAROIS (Chine), JEAN-DENIS DAOUST (Canada)
Enregistrement, montage sonore et mixage : BRUNO BÉLANGER
Narration : GUY PARENT
Voix : ANNE-MARIE PROVENCHER, CLAUDE PRÉFONTAINE
Entrevues : RHÉAL DESY (Chine), CATHERINE KOVACS (Canada)
Consultant : YVES GINGRAS
Producteur : RENÉ GUEISSAZ, MARC DAIGLE
Production : CORPORATION DE DÉVELOPPEMENT ET DE PRODUCTION ACPAV INC. 
Directeur des acquisitions et des coproductions : JEAN ALLARD
Traduction : ERNEST LEONG, CHEN ZONGBAO, DOMINIQUE VENNE, 
FLEURETTE LAGACÉ 
Archives visuelles : UNIVERSITÉ DE JILIN, CHAMBRE DES COMMUNES du 
Canada, DR JEAN COUTURE, BETHUNE MEMORIAL HALL, SHIJIAZHUANG, CHINE
Musique : WU SUHUA (Dans la plaine) : Caoyuan Shang, LI TINGSONG (La grande embuscade) : Shimian Maifu -tirés de 
Impressions de Chine, musique traditionnelle, courtoisie de Naïve-Auvidis; Autre musique traditionnelle chinoise.

Source : CINÉMA LIBRE


suitebleue.gif (67 octets) Photos de Changchun


L'œuvre du chirurgien québécois Jean Couture inspire un documentaire sur la rencontre des médecines occidentale et chinoise

Sous la plume de Jean Haman, le magazine de l'université Laval présente l'histoire de cet homme qui vient d'inspirer un documentaire.

C'est après avoir pris sa retraite que le médecin québécois Jean Couture découvre une nouvelle passion: la coopération internationale. Il ouvre un programme de lutte contre le cancer en Chine avec la création de l'Unité d'oncologie Bethune-Laval. Un film présente l'approche préconisée, favorisant la rencontre de deux cultures médicales.
Lorsque Jean Couture s'est rendu dans ce pays pour la première fois au début des années 1990, il a été sidéré par ce qu'il y a découvert. " Dans environ 70 % des cas, les gens se présentaient à l'hôpital avec un cancer tellement avancé qu'on ne pouvait plus rien pour eux. Je revivais là-bas les mêmes frustrations que j'avais connues ici quand j'ai commencé à pratiquer la médecine en 1954. Il fallait aider les Chinois à combler rapidement ce retard d'un demi-siècle. "

Diplômé de la Faculté de médecine en 1949, professeur depuis 1954, directeur du Département de chirurgie de 1981 à 1989 et professeur émérite toujours actif, Jean Couture n'est pas tombé dans la coopération internationale quand il était petit. Il lui a fallu attendre l'heure de la retraite pour découvrir cette passion qu'il qualifie de " la chose la plus extraordinaire qui soit arrivée dans ma carrière ". En 1987, deux chercheurs chinois en séjour à Québec lui suggèrent de créer un programme de stages entre l'Université Laval et un hôpital de Changchun affilié à l'Université Norman Bethune, dans la province du Jilin. Petit à petit, l'idée fait son chemin. En 1990, Jean Couture convainc l'ACDI d'investir 500 000 $ dans la création, à Changchun, d'une unité d'oncologie semblable à celle de l'hôpital du Saint-Sacrement.
La première phase de ce projet consistait à former du personnel capable d'utiliser les connaissances de la médecine moderne pour soigner les cancéreux. Le chirurgien persuade alors une vingtaine de personnes de l'hôpital du Saint-Sacrement, de l'Hôtel-Dieu de Québec et de l'hôpital Laval, dont plusieurs professeurs de la Faculté de médecine, de participer à la formation de stagiaires. Au cours des années qui suivent, ils accueillent et forment 45 médecins, infirmières et épidémiologistes chinois qui retournent ensuite pratiquer à l'Unité d'oncologie Bethune-Laval de Changchun. L'appellation de cette unité associe le nom de l'Université à celui du grand médecin canadien Norman Bethune, qui s'est rendu en Chine pendant la révolution pour soigner des blessés et former des médecins.
Par la suite, Jean Couture supervise la mise sur pied d'un programme de soins palliatifs, comprenant une " salle de sollicitude affectueuse ", qui permet aux patients de " vivre avec dignité les derniers jours de leur vie et de quitter ce monde dans une ambiance sereine ". Puis, en collaboration avec la Société canadienne du cancer, l'Unité a lancé une campagne de prévention contre le cancer qui met en vedette Mark Rowswell, un humoriste canadien qui fait un tabac en Chine. En dix ans, l'Unité d'oncologie Bethune-Laval a traité des milliers de Chinois atteints de cancer. Pour le bien des malades, la médecine occidentale a ainsi mis le pied dans un hôpital où prévaut la médecine traditionnelle chinoise. Le cinéaste Edgar Soldevilla est allé voir comment les médecines occidentale et chinoise cohabitent dans ce corps étranger qui se développe au sein d'un organisme chinois. Dans son documentaire de 52 minutes, intitulé Dans l'esprit de Norman Bethune, le cinéaste aborde la question de la déshumanisation des soins dans la médecine occidentale et du risque d'évacuer la spécificité de la médecine chinoise - les soins de l'âme - du traitement des malades.
Par le biais des témoignages de Jean Couture, de son collègue chinois Liu Guoqin, d'anthropologues médicaux - dont Serge Genest, de l'Université Laval -, de patients et du personnel de l'Unité oncologique, Edgar Soldevilla montre comment l'approche préconisée à l'Unité d'oncologie Bethune-Laval favorise une rencontre féconde des deux cultures médicales. Dans les dernières secondes du documentaire, Jean Couture compare le modèle développé à l'Unité d'oncologie Bethune-Laval à " une goutte d'eau qui pourrait faire boule de neige ". Le modèle a déjà été repris dans deux autres villes chinoises et il est question de l'exporter vers d'autres régions de ce pays.

Source: La Chine au présent

____________________________________________________________

Le 30 septembre 1995, le Docteur Jean Couture de la Faculté de médecine était invité à dîner par le vice-premier ministre de la Chine, Zou Jiahua, au «Hall of People» de Beijing pour recevoir le prix de l'Amitié, la plus haute distinction remise à des experts en coopération internationale par le gouvernement chinois.
La carrière universitaire du docteur Jean Couture et la grande réputation de la Faculté de médecine de l'Université Laval sont intimement liées. Diplômé de cette faculté en 1949, il y revient à titre de professeur en 1954, après des études spécialisées en chirurgie au New Rochelle Hospital and New York University. Pendant plus de 40 ans, il y fera montre d'un engagement profond, tant à titre de professeur du Département de chirurgie, de vice-doyen de la Faculté, de 1974 à 1979, et de directeur de ce même département, de 1981 à 1989, que par sa contribution à l'élaboration des programmes de spécialités médicales de cette faculté. En tant que chef du Service de chirurgie de l'hôpital du Saint-Sacrement, puis responsable de l'unité d'oncologie, il apportera à cet hôpital une contribution telle qu'en 1991, on y baptisait de son nom la bibliothèque Delage-Couture.

La carrière extra-universitaire du docteur Couture n'est pas en reste. Non seulement a-t-il joué un rôle important au sein du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, dont il assume la présidence de 1984 à 1986, mais il préside aussi, entre 1958 et 1982, aux destinées de plusieurs autres associations du domaine de la chirurgie: Conseil canadien d'agrément des établissements de santé, Association canadienne des chirurgiens cliniciens, Association canadienne des chirurgiens généraux. Cette contribution au mieux-être de sa profession est d'ailleurs à l'origine des nombreux honneurs qu'on lui a accordés au cours de sa carrière. Fellow honoraire du Collège de chirurgie d'Afrique du Sud, du Collège australien de chirurgie et du Collège royal de chirurgie d'Angleterre, il reçoit aussi le titre d'Officier de l'Ordre du Canada en 1995 et celui de Grand Québécois, en 1998.

En matière de coopération internationale, l'apport du docteur Couture au rayonnement et à la renommée de notre université s'avère inestimable. Au cours de la dernière décennie, il a veillé à la mise sur pied d'une unité d'oncologie, la Bethune-Laval Oncology Unit, dans un hôpital de Changchun, affilié à l'Université Norman Bethune. En prolongeant ainsi l'oeuvre du grand médecin canadien en Chine, il a su mettre en pratique un thème qui lui est cher: la coopération humanitaire entre les peuples. Une fin de carrière on ne peut plus noble, qui lui vaut, en 1995, le prix de l'Amitié, la plus haute distinction remise à des experts en coopération internationale par le gouvernement chinois.
 

 

 Quartier chinois virtuel de Québec

Quartier chinois virtuel de Québec

Les associations

La carte du Quartier chinois de Québec
Les évènements, fêtes et festivals
Restaurant Wok'n Roll
Le 617 Saint-Vallier Est
Le 140 Côte d'Abraham
Mister Woo, le dernier résident
Rue de Xi'an
La rue Bethune à Québec

Une visite au cimetière

Les Chinois de la Ville de Québec: chronologie
Les origines de la communauté chinoise
Les deux premiers Chinois à Québec
120 ans de présence chinoise à Québec
La présence chinoise de Québec
Population chinoise de Québec
Combien y a-t-il de Chinois à Québec?
Les Chinois du Québec en quelques dates
Festival Culturel Chinois de Québec


Portraits de batisseurs

Professeur See Leang CHIN 陈瑞良教授
Yuho Chang 张玉禾
 
Napoléon Woo, un témoignage
Jocelyn Toy Maître de Kung Fu
Sœur Gertrude Laforest
Dr Jean Coututre, oncologue


La Loi d’exclusion des Chinois

La Loi d’exclusion des Chinois, 1923 - 1947

La Loi sur l'immigration de 1952

Règlementation sur l'immigration au Canada 1962

Les excuses officielles du Canada en 2006
La montagne d'or (Moving the Mountain)
 

Première édition le 7 décembre 2002
Modifiée le 12 avril 2014


Nouvel an chinois 2014 Année du Cheval
> Nouvel an 2014